Carole Thibaut

Autrice, metteuse en scène, comédienne, Carole Thibaut dirige depuis janvier 2016 le théâtre des Îlets – centre dramatique national de Montluçon – région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Auparavant, elle a été implantée avec sa compagnie Sambre pendant plus de vingt ans en Île-de-France, tissant des liens étroits entre son travail de création et les habitant.e.s et territoires, notamment de la banlieue nord-nord-est (Garges, Villiers le Bel, Sarcelles, Fosses…). Elle a ainsi développé des partenariats sur le long terme avec des structures sociales, associatives, éducatives, des lieux culturels de tous les horizons, comme l’Espace Germinal – scène de l’Est Valdoisien (Fosses) où elle a été en résidence de 2001 à 2007, le Théâtre de l’Est Parisien où elle a été artiste associée en 2007-08, le festival Textes en l’air dans l’Isère où elle développe en 2009 un travail d’écriture autour de la ruralité, le Théâtre du Nord – CDN de Lille-Tourcoing, l’Hexagone – SN de Meylan ou le Carreau – SN de Forbach où elle est artiste associée en 2014 et 2015. À 25 ans, au sortir de l’ENSATT, elle a dirigé durant cinq ans le Théâtre Jean-Marais – théâtre municipal de Saint-Gratien (Val-d’Oise) et a été de 2013 à 2015, directrice artistique de Confluences, lieu indépendant d’arts et d’engagements (Paris 20e).
Après avoir mis en scène des œuvres classiques et contemporaines, elle travaille depuis une dizaine d’années à partir de sa propre écriture, trouvant sa source première d’inspiration dans le réel, à partir de résidences sur différents territoires, d’immersion dans différents milieux, de rencontres, de collectages de paroles, d’enquêtes.
Tirant un fil continu entre écriture du réel et écriture poétique, elle explore toutes les formes d’écriture et d’expression scénique, alternant les créations « épiques » comme L’Enfant – Drame rural (2012) ou Monkey Money (2015), des pièces intimes (Été, Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars, Avec le couteau le pain), des performances-solos comme Fantaisies – L’Idéal féminin n’est plus ce qu’il était, Space Girls ou Longwy-Texas, des pièces tout terrain comme Occident de Rémi De Vos, Ici-aujourd’hui, Variations amoureuses ou encore Une liaison contemporaine, installation numérique immersive. En janvier 2018 sera créée aux Îlets La Petite Fille qui disait non, nouvelle création abordant ici le sujet de la transmission mères-filles.

 

Artiste engagée, elle milite pour l’égalité des femmes et des hommes (notamment à travers le mouvement HF – égalité hommes/femmes dans les arts et la culture), a été membre fondatrice du Synavi où elle a milité durant plusieurs années pour la défense des structures indépendantes de création avant de rejoindre le Syndéac. Aujourd’hui vice-présidente de l’ACDN, elle est régulièrement accueillie en résidences d’écriture à La Chartreuse – CNES Villeneuve-lez-Avignon, a reçu de nombreux prix et bourses (Prix Jeune Talent SACD, Prix de Guérande, Prix des Journées de Lyon, bourses du Centre National du Théâtre, Beaumarchais, Centre National du Livre…), et est chevalière des arts et lettres.
Ses textes sont édités chez Lansman et prochainement à L’École des Loisirs.